burn-out-et-wedding-planner

Burn-out et Wedding-Planner : on lutte !

Burn-out et Wedding-planner : on lutte !

Novembre… fin des mariages… on repart à zéro pour construire N+1 … l’hiver arrive tambour battant… fatigue chronique… manque de créativité…

Autant de pensées négatives et de sensations qui vous sont néfastes et que vous n’arrivez pas à dompter.

Le burn-out est une explosion violente de l’esprit et du corps. C’est le syndrome de l’épuisement professionnel. En tant qu’entrepreneur, le terrain peut sembler encore favorable car nous gérons seuls nos inquiétudes, nos succès, nos hauts et nos bas. Ne pas se laisser faire est un moyen de lutter. Identifier les signes est capital. En voici quelques-uns !

C’est aussi un moyen de refuser le burn-out (épuisement professionnel) =>  un moyen de refuser la dépression (épuisement général de la personne).


Pour travailler avec une centaine de wedding-planners, je ne sais que trop bien que le rythme est malheureusement toujours le même. Avec au pire des décalages de saison selon les hémisphères.

J’entends donc ces complaintes de manière régulière malheureusement (je n’aime pas lorsque vous allez mal) : les baisses de régime à cette période de l’année. Et certaines baisses de régime sont dangereuses.

Je ne suis pas friande de cette période de l’année, pour une seule raison : je déteste le froid. Alors au diable la baisse de productivité, c’est la période de l’année où je cherche à m’inspirer de la tendance slow-life, vers un slow-business responsable et intelligent.

Sans prétendre que je maîtrise les préceptes du « slow » (cet art de vivre | art de travailler est nouveau, et va à l’encontre de tous mes préceptes de l’hyper active que je suis :p ), je vais plutôt prendre le temps de vous donner mes recettes anti-novembre, anti-fin des mariages anti-…. Et çà, je maîtrise ! No burn-out ! No burn-out !

Let’s go ! (dit la Dora qui est en moi)

*Dora : j’ai vraiment écrit cela?


Novembre

Personne n’y peut rien. Période des salons, période où les clients potentiels bookend encore, période où on envisage de refaire son site, ses offres… Bref. Novembre c’est surtout la période où l’on est à mi-chemin entre l’envie de partir loin pour mieux revenir ou de tout plaquer directement.

Prenons les choses du bon côté | ma recette

  • Novembre : on le voit arriver. Chaque année, il arrive juste après Octobre et mourra quand Décembre naîtra. Prenez en conscience et vous ne serez plus surpris(e) ;)
  • Novembre : il fait froid. Génial, vous allez encore prendre plus de plaisir à travailler depuis chez vous, bien au chaud.
  • Novembre : prenez quelques jours de repos si vous en ressentez un besoin irrépressible.
  • Novembre : c’est aussi et enfin la période de l’année où l’on arrive enfin à se mettre à jour dans ses publications, ses mise-à-jour diverses et le classement de ses dossiers.

Fin des mariages > Wedding-blues

C’est indéniable : nous sommes wedding-planner parce que nous aimons les jolies histoires mais aussi et surtout parce que nous aimions les relations avec nos clients. Enchaîner les mariages ne nous permet pas toujours de ressentir le vide de manière brutale. Mais quand le prochain mariage est dans plusieurs mois – et  fortiori la prochaine année civile, il manque ce « je ne sais quoi » qui fait que le wedding-planner est en wedding-blues.

Difficile de couper complètement avec les clients avec qui l’on a passé des moments extraordinaires. Quels sujets de discussion aujourd’hui pour maintenir la relation ?

Prenons les choses du bon côté | ma recette

  • Les clients que vous accompagnez pour l’année prochaine sont très demandeurs de vous connaître encore plus.
  • Les clients que vous accompagnez pour l’année prochaine sont très demandeurs d’avancer sur leur mariage.
  • Profitez de ces temps forts avec eux. Donnez, partagez! Vous récolterez ce que vous allez ainsi semer. D’autant que la période des fêtes de Noël arrive à grand pas ( j’ai lu que la période des « Et tu fais quoi le 31? » Était officiellement ouverte :p ) et que vos clients vont passer ces temps en famille. Le temps de décrocher pour vous également.

Reconstruire N+1 > avoir de nouveaux clients aussi chouette que cette année.

One-shot! Vendre une fois!

C’est bien le principe même de vente de notre métier : vendre une seule fois! Il serait étrange de marier deux fois la même personne avec un conjoint différent non ? #weird

Chaque année, nous recommençons et repartons à zéro.

C’est ainsi la période de l’année où l’on se demande si l’on est capable de booker les quelques mariages qu’il manque pour atteindre notre objectif.

À contrario, si vous avez déjà atteint votre objectif pour l’année prochaine en nombre de mariages (et donc de chiffre d’affaires), vous pouvez vous sentir également en période de stress, avec un sentiment d’étouffement qui n’est pas plus salvateur. Vous n’avez pas eu le temps de souffler et savourer cette année que déjà, la pression est grande pour celle qui arrive.

Prenons les choses du bon côté | ma recette

  • les fêtes des fin d’année sont aussi l’occasion de demandes en mariage. Soyez prêts à répondre présents lorsque vous êtes contacté(e).
  • À vous de vous réinventer en vous questionnant. Comparez avec les autres années, et s’il le faut, réinventez-vous ou, encore plus simplement : redevenez celui ou celle qui font votre succès. Peut-être l’avez vous perdu en cours de route ?
  • Vous avez atteint vos objectifs ? Débrayez ! Soufflez.. Prenez du temps pour vous et focalisez-vous sur votre bien-être, prendre des forces. Faites ce qui est important pour vous. Et savourez votre travail accompli. 9 fois 10 vous vous donnerez le vertige!

Fatigué | Épuisé > besoin de dormir

Bête comme chou : couchez-vous tôt !

Mon aveu > je suis une couche-(très)tard …. d’habitude.

Depuis quelques semaines, j’éprouve des difficultés à tenir éveillée le soir. Bref.. #froid #hiver #novembre ^^

Je me suis beaucoup renseignée cet été sur cette nouvelle tendance « morningophile ». L’idée : se lever super (ultra) tôt pour prendre le temps de réfléchir sur soi, prendre le temps d’échanger avec qui est présent (!), réfléchir sur sa journée, son moyen et son long terme. Sauf que mon rythme biologique déteste. Je suis de la NUIT !!!

Mais voilà.. nous sommes en Novembre, la fatigue s’est accumulée pour tout le monde, et le froid n’aide pas. (Je vous ai dit que je détestais le froid ? Oui.. ok!)

L’idée est de trouver donc un rythme qui vous convienne. Tant physiquement que psychologiquement.

Prenons les choses du bon côté | ma recette

Cela fait donc quelques semaines que je me lève deux fois par semaine vers 5h30 / 5h45. Non, cela ne fait pas de moi une morningophile. Je veux juste garder mon rythme de travail au niveau de mes attentes. Et je peux ainsi passer des soirées avec mon mari. Je ne suis plus coincée derrière un de mes écrans à procrastiner..

Manque de créativité

Le cercle vicieux. Fatigue, stress, wedding-blues, froid : vous perdez en efficacité et donc en créativité. Et sans tomber dans le cliché réducteur, un wedding-planner qui n’est plus créatif, c’est la mort du petit cheval.

Créativité pour ses clients, créativité pour son entreprise.. créativité pour soi-même. Tout est endommagé. Vous n’arrivez plus à imaginer. Vous avez la sensation de toujours faire la même chose. Et cela vous déprime.

Keep calm! Et si vous appreniez à être moins dur avec vous-même ?

Prenons les choses du bon côté | ma recette

  • Prenez le temps de vous replongez dans les photos des prestations que vous avez réalisées. Repensez à tout ce que vous avez du mettre en place pour arriver au résultat que vous avez sous les yeux. Et. Comparer avec chaque prestation : chaque histoire est différente. Vous avez donc su créer et imaginer des situations différentes à chaque fois. remontez dans le temps si vous le pouvez. Dans tous les cas, vous allez vite vous apercevoir que vous l’avez toujours fait. C’est donc que vous le ferez toujours. À condition de chasser les ondes négatives vues plus ondes dans cet article.
  • Prenez le temps de lire. Ce qui vous fait envie, sans restriction.
  • Prenez le temps de sortir. Rien de mieux que d’aller marcher pour apaiser son esprit et le laisser vagabonder sans limite. et oui! Même dans le froid!

Et vous, vous faites comment ? Vous êtes vous reconnu(e) dans une ou plusieurs de ces situations ? Partagez vos recettes qui vous permettent de vous en sortir ici en commentant. Ou au contraire, quelle est la difficulté qui vous effraie le plus ?


Mu Martina Micko
©Martina Micko – NY and California

Muriel Saldalamacchia a été nommée « Industry Leader » à de nombreuses reprises à l’occasion de congrès internationaux dédiés à l’industrie du mariage auxquels elle a participé en tant que conférencière. 

Dans l’industrie du mariage depuis 2008, Muriel est wedding-planner spécialisée dans les mariages de Destination et vis avec son mari et leurs enfants entre la Provence et Manhattan. Avec son école de formation dédiée aux wedding-planner et ce site de conseils, elle aide les entrepreneurs à vivre sereinement de leur passion en les faisant grandir, sur les voies de la passion, du travail, et de l’éthique.

Retrouvez ses articles et autres points de vue sur son site dédié aux wedding-planner francophones www.reussirdanslemariage.com


12 Replies to “Burn-out et Wedding-Planner : on lutte !”

  1. Tu as vécu tellement de choses cette année… c’est le vertige.. Et finalement, on ne sort jamais indemne – tôt ou tard – d’une sur-activité. Slow, miracle morning… Autant de tendances qui prouvent que le sujet de l’épanouissement au travail est en mutation. On accepte enfin de considérer que le travail est important et que l’on peut aussi s’y épanouir. Et c’est le brun-out qui a permis cela.. Un mal pour un bien.
    Merci pour ton partage Virginie <3

  2. Merci pour Muriel encore une fois de mettre les pieds dans le plat et de démystifier ce que l’on peut appeler « le mal du siècle ». Merci de dire que le Burn Out ne concerne pas que les salariés. Parce que le Burn Out c’est vouloir faire trop, beaucoup trop, sans prendre soin de soi et sans s’écouter. J’en ai vécu un cette année. Trop de pression personnelle, trop de pression de mes clients et trop de pression que la chef d’entreprise que je suis s’est mise. Je ne me suis pas considérée comme ma propore employée et je n’ai pas pris soin de moi.

    Au final : rien n’a été bon. Alors je me suis recentrée. J’ai dit les choses. J’ai mis des mots sur ce qui n’allait pas. Je n’ai pas eu honte d’affronter ce qui n’allait pas et l’ai expliqué à mes clients. Et j’ai regagné leur confiance.

    Désormais, je mets du slow dans ma vie. Je prends le temps de m’organiser. J’ai adopté le bullet journal un temps, je me fixe des pauses plus longues. Mais c’est vrai, je veux tellement en faire.

    Comme Lili, le stress, la fatigue et le Froid (c’est le Nooooord)ne joue pas en ma faveur. Cette année 2016 a été la découverte de mes limites. Comme toi, je me suis intéressée à cette culture morningophile pour me rendre compte que je suis un oiseau de nuit. Productive après 18h00.

    Alors je recherche ce qui va faciliter ma vie. Comme IFTTT :p Je revois mes outils, comme je peux adapter la méthode de travail que j’ai apprise à celle que je suis devenue. Je profite du mois de Novembre pour le renouveau.

    Bref, je pourrais tellement en dire sur le Burn Out de la Wedding Planner. Mais il n’y a pas de secret. Comme tu l’as si bien dit, il faut savoir s’écouter et prendre le temps de prendre le temps de vivre. Lire, sortir, moi je rejoue enfin à ma Nintendo 3DS. Je me projette dans les mariages qui arrive. Je suis à l’écoute. Et surtout, je fais le bilan de l’année écoulée et de ce que je ne veux absolument plus.

    Merci pour ce bel article qui résonne si fort en moi. <3

  3. Oui Narjès ! L’idée est de pouvoir trouver sa méthode, ses échappatoires. Avec cet article « non médical », l’idée est que ce sujet soit démystifié par les chefs d’entreprise que nous sommes, les wedding-planner :) Merci pour ton partage de recettes :) Une vraie IFTTTeuse :p lol

  4. Merci Muriel pour cet article qui raisonne en chacun/chacune d’entre nous. Nous entendons tellement parler du Burn Out qu’il semble presque être à la Mode…! Avant de pouvoir y remédier il faut commencer par en avoir conscience, être sensibilisé sur le sujet… Mes recettes ? Du Yoga, que je pratique tout au long de l’année, ce qui me permet de régulièrement débrancher afin d’éviter la surchauffe et dès que j’en ai l’occasion des petites escapades en Amoureux ou avec les copains, de vraies bouffées d’oxygène ! Ces recettes me servent à préparer la fin d’année (J’y suis particulièrement sensible car sur le plan personnel c’est une période assez délicate…) pour ne pas laisser ce mal être s’installer…

  5. La course à la surenchère est d’une stupidité sans nom, que seules les personnes médiocres s’évertuent à suivre. Amandine, tu as compris depuis longtemps ce point précis, et je suis ravie que tu réussisses à lâcher prise. Et d’ailleurs : ton entreprise n’est-elle pas viable depuis ? Tu fais les bons choix. Si les jaloux et faux-gentils étaient moins dans la comparaison, alors il y aurait moins de pression. Mais au final.. ces jaloux et faux-gentils sont des vrais gentils qui s’ignorent et qui doutent d’eux-même. La nature de l’homme est bonne. Ne l’oublions jamais. Ce sont les actes qui le pervertissent :) No burn-out ! La lutte est active <3

  6. Super article! Merci encore et toujours de mettre des mots sur les difficultés que nous rencontrons dans notre profession mais surtout merci d’y apporter des solutions et finalement de souvent « dédramatiser » une situation rien qu’en osant aborder le sujet.
    Aprés lecture d’un de tes articles on se sent mieux, on se sent moins seule et on se sent boosté à block!

    Je deteste le froid! Il n’y aque les fêtes de noel qui m’aident à tenir le coup. Cette sensation que le bien, la bonté des gens est partout, que tous les rêves sont permis, les décorations et chansons de noel arf j’adore.
    J’imagine aussi les demandes en mariages qui auront lieu à cette période et je trouve ça trop beau.
    L’entourrage est tellement important dans ce moment de baisse de tout finalement. Je n’arrive pas à me coucher tôt malheureusement. Alors je me réserve un peu de repos pendant les vacances scolaires pour profiter de ma famille, laisser les demandes en mariage se faire et revenir plus reposée et rechargée en énergie. Je crois qu’il faut apprendre a se connaitre soi meme. Nous n’avons pas tous la meme resistance au stress et à la fatigue. Chacun a ses propres limites. Le piege est de se comparer aux autres.
    Je pense avoir appris une chose depuis plus de 4 ans, c’est que quoi qu’on fasse si un couple doit nous choisir, il nous choisira. Alors autant arrêter de se mettre une pression inutile qui ne fait que rajouter au mal être. Si un couple nous veut vraiment, il nous voudra toujours aprés nos congés! Et puis il y a cette course que je trouve de plus en plus pénible, celle du: « Et toi, tu as combien de mariage l’année prochaine/ou tu as eu combien de mariage cette année? » Je me suis promis de ne pas tomber dans cette spirale l’année rochaine et de n’organiser que le nombre de mariage que je me fixerai. Je trouve bien plus professionnel de savoir dire non pour se concentrer sur des projets qui nous transportent, et en même temps pouvoir garder de l’energie pour nos familles, nos amis et la gestion de nos entreprise. Ces à coté qui prennent aussi un temps fou.
    Merci d’avoir aborder ce sujet. Commenter ton article m’a fait un bien fou :-p

  7. Oui, la rupture peut aussi venir d’un trop plein de réussites. Cela semble fou et pourtant.. ceux qui le vivent comme toi, comme moi pouvons en parler. Bravo de partager à coeur ouvert. Mille mercis <3 <3 Toujours là pour toi, tu le sais #advitamaeternam

  8. Encore une fois Merci Muriel ! Car oui, je me reconnais dans ton article et cela fait du bien (comme toujours) de ne pas se sentir seule.
    De mon côté j’ai atteint mon objectif pour l’année prochaine et effectivement plutôt que de m’en réjouir cela me procure du stress supplémentaire… je n’arrête pas de me dire « Est-ce que je vais être à la hauteur ? Est ce que je vais arriver à tout gérer ? … » Comme toi je suis une couche (trop)tard et je sens, non je subi ! la fatigue de plus en plus … je suis totalement incapable de me lever aussi tôt même 2 fois par semaine … mais je vais voir le côté positif de la situation et apprendre à me coucher (un peu) plus tôt. Pour moi, pour mon corps, pour mon âme et pour ma famille <3

  9. Lili! Que c’est triste de te lire. Tu as reçu un coup de grace de trop, par des professionnels peu scrupuleux, ou ravis de faire mal. Cela ne m’intéresse pas de connaître la réponse. Ce qui m’importe c’est toi, ton équilibre. Le fil est cassé.. Tu as bien fait de lâcher prise.. Ta famille mérite que tu sois à leur côté <3 Car oui, ton entreprise a été viable. Tu as été un bel exemple pour la profession.Merci pour ta partage même s'il est douloureux.

  10. ahah comme cet article résonne bien en mois :( le manque de confiance en soi, la fatigue, vivre cette passion a 200%, ce donner à fond jusqu’au jour où leur joli jour s’arrete => plus rien, ces couples nous manquent, et puis il a les désillusions professionnelles celles qui te mettent un genoux à terre et si tu es fatiguée à ce moment là = burn out. Un trop plein d’émotions, de remises en questions plus la fatigue m’ont été fatale. Vivre de sa passion = une réussite, mon entreprise était viable, j’en vivais et puis le fil s’est cassé. Ce cercle vicieux : Fatigue, stress, wedding et froid (oui en Normandie il fait bcp plus froid que ds le Sud :p) mais la cerise sur le gateau fut le manque de respect malheureusement nous vivons dans une société qui veut cela. bises

  11. Oui Rita, les décoratrices aussi. Ce mal qui ronge et qui parfais détruit, malheureusement.. !
    Je te souhaite de te ressourcer. Tu mérites de vivre de toujours plus d’émotions avec tes clients! <3

  12. Merci Muriel, pour avoir mis des mots sur ce mal qui nous ronge à chaque fin de saison (oui oui les décoratrices aussi), voilà une période que je vis difficilement chaque année, la transition entre le plein d’émotions, d’amour, de gratitude que nous donnent les couples avec lesquels nous collaborons et le vide de cette petite période de jonction entre 2 saisons est très compliqué à vivre. C’est un peu comme vivre une rupture sentimentale, passer de la personne indispensable à leur plus beau jour à la personne presque insignifiante même s’ils restent toujours reconnaissants et amicaux. Je me reconnais complètement dans cet article et je vais de ce pas appliquer les bons conseils : prendre un peu de vacances pour continuer à aimer toujours plus fort les futurs couples qui viennent à moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Top