grossesse-et-wedding-planner

Grossesse et wedding-planner: on peut vivre s’il vous plait ?

Grossesse et wedding-planner. J’aurais pu aussi commencer légèrement différemment.

Grossesse et chef d’entreprise. Avec une troisième variante > grossesse et solo-preneur.

Nous sommes presque en 2020 (oui, j’extrapole), et aujourd’hui encore nous – les femmes – nous nous posons beaucoup de questions sur comment gérer une grossesse tout en menant de front notre vie de chef d’entreprise.

J’aurais envie d’écrire: « et bien, aussi simplement que de se lever le matin et de poser un pied devant l’autre », non?

Non, cela ne fonctionne pas comme cela. Malheureusement!

Afin de ne pas tomber dans une polémique stérile (sans jeu de mots), débroussaillons ensemble cette jungle faite de stéréotypes, de tabous et de vérités positives sur ce que représente le début d’une grossesse dans notre vie de chef d’entreprise > dans notre vie de wedding-planner qui déchire.

Car oui ! Être wedding-planner enceinte = wedding-planner qui déchire (deux fois plus!)

Grossesse maîtrisée /vs grossesse spontanée

Si vous êtes de celles qui peuvent contrôler la date de terme, alors la tâche devrait vous être plus simple. Cela a été mon cas. Un accouchement de ma seconde poulette le 25 février m’a permis de vivre « sereinement » une période hivernale que j’ai voulu plus calme.

Vous êtes nombreuses dans mon entourage à pouvoir choisir ce facteur « naturel ». Au grand dam des détracteurs – la famille: « ah bon, tu cherches aussi à contrôler çà toi?  » – « Oui, la nature est de mon côté, mon mari est d’accord > qui est-ce que cela gêne? »

Si vous êtes de celles qui n’ont pas pu contrôler le début de la grossesse, et vous êtes nombreuses, à vous les imbroglios, prises de conscience en tout genre. Et c’est là que tout commence. Entre joie incroyable de devenir ou re-devenir maman et angoisse de « comment vais-je réussir à gérer tout cela », il y a aussi la réalité de la vie.

Et là, il y a deux possibilités: soit votre grossesse se passe à merveille et vous pouvez continuer à avancer dans votre quotidien professionnel jusqu’à la dernière minute grâce à Mère Nature, soit vous devez être alitée dès le 4ème mois, à l’orée de vos mariages, et là c’est le drame ! On respire (pas encore comme un petit chien, mais presque!) et on lit ce qui suit.

Pour me dévoiler et vous expliquer mon vécu: pour notre premier enfant, j’ai été alitée dès le 4ème mois. Et pour le second, j’ai envoyé mon dernier contrat, moins de 15 minutes avant de mettre un pied dans le superbe fauteuil roulant de la maternité (ils m’ont confisqué mon Blackberry Torch – so 2011!). Moralité: il n’y a pas deux grossesses identiques ! 

L’annoncer à ses clients /vs le garder pour soi

100% des entrepreneuses* enceintes se sont posées la question. Comment survivre à cette question ^_^ ?

De manière très désinvolte – si tant est que l’on puisse imaginer une fraction de seconde de pouvoir l’être en traitant un tel sujet ! – je me dis que cela ne regarde personne.

De quel droit devoir annoncer à ses clients que l’on est enceinte ? Est-ce que l’on annonce à ses clients que l’on est en menopause? Non.. Alors !

Et pour contrer une légende urbaine, sachez que la loi française, lorsque l’on est salariée, n’impose aucunement de devoir annoncer votre grossesse à votre employeur. La déclaration que vous faites c’est pour ouvrir vos droits à la couverture sociale. Pour préparer l’officialisation de la naissance. Mais la loi n’oblige aucune salariée à informer son employeur. Dans les faits, elle s’annonce, au moment que vous jugez opportun, pour maintenir de bonnes relations avec votre employeur. Avec vos clients, il en est de même.

Si l’accouchement est prévu après la date du mariage, cela ne les concerne que peu. Sauf en cas de date de terme proche.

Si l’accouchement est prévu avant la date du mariage, cela ne change rien non plus. Sauf en cas de date de terme proche, encore une fois. Tout est question de bon sens et d’organisation.

Seul se pose le paramètre de la santé. Et c’est bien le seul paramètre que l’on ne choisit quasiment pas :)

Alors : l’annoncer si cela vous donne l’occasion d’être encore plus proche de vos clients, si c’est votre ligne de conduite. J’ai une fâcheuse tendance à croire que l’on peut garder cela pour soi.

L’ idée n’est pas de mentir, ni de cacher une vérité. L’idée est bien toute autre > pour être heureuse, soyons discrète ! Ce qui est personnel, doit rester personnel.

*le masculin du mot entrepreneur est déclaré comme étant « entrepreneuse ». J’ai du mal à me résoudre à ce terme. 

Embaucher /vs lever le pied

Selon la date de votre terme d’accouchement, il va falloir peut-être envisager de vous faire aider.

Vivre une journée de mariage n’est pas une mince affaire physique de manière générale. Alors en étant enceinte et quelques jolies rondeurs de plus, il n’est pas très judicieux de croire que l’on peut « forcer » de la même manière. Car même si vous vous sentez forte: votre bébé lui, a besoin de toute votre énergie. Sans avoir à la partager.

Vous avez alors le choix d’embaucher – ou de lever le pied.

Selon la période de l’année, vous pourrez plus ou moins lever le pied…

Selon votre état physique, vous pourrez plus ou moins lever le pied…

Ne perdez jamais de vue que votre grossesse et votre positon de chef d’entreprise doivent – toutes les deux – vous apporter épanouissement. Ne cherchez pas à lutter.

Embaucher vous permet de lever le pied sans baisser le rythme de votre activité d’entreprise. Et donc maintenir votre chiffre d’affaires.

Lever le pied sans embaucher vous permet de prendre aussi un peu de recul sur votre activité. Vous reviendrez plus conquérante, ou au contraire, avec d’autres aspirations. Surtout si vous donnez la vie à votre premier enfant.

Voici un article qui vous donnera des pistes pour embaucher « le temps de »:)

S’organiser /vs… s’organiser!

Dans toutes les situations qui peuvent se présenter – et Dieu sait si aucune de nous n’est égale face à une grossesse, face à la maternité, c’est bien le mot « organisation » qui va hanter vos journées et vos nuits.

Le seul concept envisageable : prévoyez tout comme si vous deviez rentrer à la maternité immédiatement. Du coup, cela nécessite de l’organisation. Et l’organisation, c’est votre domaine de prédilection, non ?

Comment s’organiser pendant la grossesse ?

– Apprenez à déléguer. Ok, nous ne sommes pas malade, mais apprenez à vous faire aider, à ce que l’on prenne soin de vous. La bienveillance que l’on vous porte n’est pas de la pitié. Vous allez voir, c’est même carrément agréable.

– (re)Devenez une accro à la To-Do list! Alors, ok, avant il y avait les post-it. Sauf que les To-Do list deviennent vite conséquentes, nombreuses, et que nous manquons vite de couleurs pour bien organiser nos tâches, nos idées, nos rendez-vous. Certaines sont accros à une variante des post-it: les planners. Ne me dites pas que vous ne connaissez pas le phénomène « planner » :) Voici une chouette vidéo qui vous en présente le principe. Pour ma part, je suis plutôt « planner dématérialisé ». Voici donc mon trésor absolu > ToodleDo – Un planner en ligne, qui trie par dossier, par priorité et par date d’échéance. Vous pouvez même vous programmer des rappels tant que la tâche n’est pas réalisée. Et encore bien d’autres possibilités. À noter, c’est payant et en anglais, et vous pouvez l’installer sur tous vos appareils Apple, de votre iPhone, à l’iPad et à vos Macs. Mais enceinte ou pas enceinte ToodelDo : c’est la vie :)

– Respecter vos engagements, tant que vous en avez la force physique.

– Prenez le temps pour vous, pour respirer et pour profiter de bébé qui grandit en vous. Aussi accro au travail que je suis, et que je l’ai été pendant la grossesse, avoir pu prendre le temps quand il l’était nécessaire a toujours été salutaire. Et cela fait partie intégrante de votre organisation de prendre soin de vous.

– Bête comme chou, mais… quand vous débordez d’énergie : feu!!! Profitez… Abattez des montagnes. Cela ne dure qu’un temps.. au plus long, 9 mois ^^

Comment s’organiser après l’accouchement ?

– Ne cherchez pas à reprendre trop vite. Surtout si c’est votre premier bébé. Faites-vous chouchouter

– Reprenez le cours de votre vie, petit à petit. Vous avez le droit de vouloir moins travailler. Peut-être redeviendrez-vous la conquérante d’avant accouchement. Les hormones jouent des tours. Et au-delà des hormones >> vous venez de devenir maman. Que ce soit pour la première fois ou la deuxième fois… Vous avez le droit de vouloir que les choses se passent différemment. Autorisez-vous à vivre et à savourer. #SlowLife !

La reprise d’activité après l’accouchement

Bref… Vous l’avez compris…il n’y a pas de place pour l’improvisation; il n’y a pas de place non plus pour être en réaction !

Vous accueillez un enfant. La grossesse vous permet de faire grandir votre bébé, du mieux que votre corps et votre esprit peuvent lui donner. Être chef d’entreprise, qui plus est wedding-planner est une position chronophage. Qui peut dire l’inverse ? :-) + :-/

On se retrouve du jour au lendemain à devoir gérer des clients que l’on supporte un peu moins – oui, osons le dire. Nous avons alors de nouveaux centres d’intérêt – Qui peut nous jeter la première pierre ? Personne !

Comment dire.. le congé maternité… ce doux concept réservé à un monde utopique.. ce monde que vous avez quitté le jour où vous avez décidé d’embrasser une carrière d’entrepreneur.

Cette fantastique couverture sociale qui vous rappelle ô combien votre récitation en CM2 de « la Cigale et de la Fourmi ».. Et oui.. Bref.. entre indemnités journalières réduites et chiffre d’affaires en berne… vous avez pensé à votre reprise il y a bien des semaines. Alors, maintenant, il faut y aller ! Voici un accès à un récapitulatif du parcours de santé et des montants d’indemnités, primes d’accouchement, lorsque l’on est entrepreneur. Et donc au RSI :)

Quitter votre bébé ne vous enchante guerre. Vous avez trouvé une solution de garde, et même si vous savez que votre bébé sera en sécurité, c’est un crève coeur que de le laisser.

Au contraire, confier votre bébé vous donne de l’air. Et sans jugement, vous avez largement le droit d’assumer ce sentiment.

Quelle que soit votre sentiment, ne prêtez pas attention au regard des autres. Écoutez-vous ! Vous avez le droit d’aimer à la fois votre bébé, et votre liberté retrouvée.

La reprise peut être :

– timide : chi va piano, va sano e lontano.

– catastrophique : vous sentez que vous ne voulez plus de la vie que vous aviez avant son arrivée. Deux solutions > soit quitter votre métier, soit prendre un peu plus de temps encore avant de vous remettre en selle. Dans les deux situations, prenez le temps de réfléchir.

– une explosion d’énergie : vous débordez d’énergie. Cette énergie qui vous a donné des ailes, car vous vous sentez plus forte, plus conquérante. Vous avez une raison supplémentaire de vous lever et de vous « battre » chaque matin.

Dans tous les cas, pensez à prendre le temps. C’est vous décidez ce que vous voulez, quand vous le voulez ! Et vous seule. Sans tenir un discours d’amazone, que je ne suis absolument pas, une grossesse change la vie ! En bien , en mieux, en plus compliqué… Peu importe.. elle la change. Le plus gros challenge : vaincre vos hormones.. et la pression de la société. Ce n’est pas une mince affaire. Mais après tout: c’est à la Femme que la nature à choisi de confier la maternité ^^.


L’idée de vouloir traiter ce sujet – outre parce qu’il m’a été demandé à plusieurs reprises – est de l’aborder avec bienveillance, basée sur mes expériences personnelles, mais aussi sur celles qui m’ont été confiées, en protégeant mes sources par respect pour l’intimité des personnes. Si toute fois l’humour de certains de mes propos vous ont choqué, je vous prie de bien vouloir ne pas vous en offusquer. Le positionnement de la femme entrepreneur dans la société actuelle n’est selon moi toujours pas envisagé et respecté à sa juste valeur. Et la gestion d’une grossesse ne doit pas être un tabou, ni une situation qui angoisse plus qu’elle n’enrichit. C’est avec beaucoup d’humilité que j’accueille ici vos retours d’expériences. Faire avancer le débat « Grossesse et wedding-planner » « Grossesse en étant entrepreneuse » c’est bien ma priorité avec cet article.

Sources utilisées dans cet article :

  • CAF
  • Happy Crazy Mummy
  • Réussir dans le mariage
  • ToodleDo

 

©Félicia Sisco
©Félicia Sisco

Muriel Saldalamacchia a été nommée « Industry Leader » à de nombreuses reprises à l’occasion de congrès internationaux dédiés à l’industrie du mariage auxquels elle a participé en tant que conférencière. 

Dans l’industrie du mariage depuis 2008, Muriel est wedding-planner spécialisée dans les mariages de Destination et vis avec son mari et leurs enfants entre la Provence et Manhattan. Avec son école de formation dédiée aux wedding-planner et ce site de conseils, elle aide les entrepreneurs à vivre sereinement de leur passion en les faisant grandir, sur les voies de la passion, du travail, et de l’éthique.

Retrouvez ses articles et autres points de vue sur son site dédié aux wedding-planner francophones www.reussirdanslemariage.com


10 Replies to “Grossesse et wedding-planner: on peut vivre s’il vous plait ?”

  1. Ça me rassure Muriel on a plus ou moins les mêmes parcours niveau grossesse et travail c’est encourageant Je voulais tomber enceinte un petit peu plus tard pour ne pas être trop fatigué ce mois-ci justement car j’ai des mariages tous les week-ends mais bébé2 est arrivé très très vite !! Je croise les doigts pour que ma grossesse se passe bien mais c’est vrai que je suis très fatiguée ce mois-ci alors que pour la première j’étais en pleine forme !

  2. Génial Justine!!! J’avais programmé la deuxième grossesse aussi pour ne pas perturbé ma saison.. 2011 (pfiouu hier quoi^^) Et ma date de terme était le 25 Février. J’avais trouvé cela idéal à l’époque. Je ne regrette rien, au contraire.. Car le retour à l’activité après l’accouchement – avec l’ainée qui avait 4 ans ^^- s’est plutôt très bien déroulé. Alors, oui! Bravo Justine véritable #weddingplannerquidechire.. Et puis, même en étant très organisée et pragmatique, on a quand même le droit d’avoir peur !

  3. Oui tu écris le mot « combat » et ce n’est pas anodin. Je partage ce sentiment de « combat ».. Dingue en 2017.. presque 2020.. Merci pour ton partage d’avis Aurore <3

  4. Narjès, tu as tellement dû tout envisager que je sais que ta sérénité l’emportera. Et oui, tu es, tu seras, tu vas être forte, jusqu’au bout et même après <3

  5. Merci pour cet article ! Un article qui tombe à pic ! J’ai longtemps appréhendé une deuxième grossesse mais aujourd’hui je suis heureuse de m’etre jetée à l’eau et d’avoir pu planifier ma grossesse avec accord de choubidou pour ne pas trop chambouler la saison 2018. Bébé 2 prévu le 22/02! Le « après » m’inquiète un peu plus avec un enfant de 4 ans et un nouveau né mais je suis une wedding planner qui déchire alors il y a pas de raison d’avoir peur n’est ce pas ?

  6. Excellent article , excellent sujet , traité à mon sens comme il se doit , au ton juste et bienveillant .
    Aujourd’hui vouloir devenir mère en étant entrepreneur et surtout continuer à l’être relève d’un véritable combat qui effectivement à l’aube de 2020 laisse pensif .
    Qu’on nous vivre notre vie de femme et d’entrepreneur ;) Une femme qui ne veut pas d’enfant est jugée comme carriériste , une femme qui veut des enfants en menant sa carrière est aussi jugée …. pffff …. que c’est compliqué d’être une femme ! lol !

    Alors merci Muriel , merci d’en avoir parlé ;)

  7. Merci Muriel pour cet article d’actualité en ce qui me concerne! ;)
    Après avoir vécu un début de grossesse assez difficile (entendre par là l’énergie d’un état grippal jusqu’à 4 mois 1/2), j’ai enfin trouvé mon rythme de croisière!
    Mon unique objectif est de rester professionnelle tout en prenant le temps de savourer cette incroyable aventure pleinement et sereinement.
    Je m’estime chanceuse car les professionnels et les mariés que j’accompagne sont bienveillants.
    En tant que chef d’entreprise je sais que je n’aurai pas une fin de grossesse aussi « relax » que si j’avais été salariée alors je me prépare (conditionne même ! ) en me disant que je dois être forte pour arriver jusqu’au bout!

  8. Merci infiniment Muriel pour cet article… j’y pensais beaucoup avant d’être enceinte mais là je suis en plein dedans et mille questions viennent envahir mon esprit.
    En effet, il n’est pas normal, à l’aube de 2020 de se faire des noeuds au cerveau par rapport au regard des autres dans notre monde professionnel. Du coup, je vais adopter la méthode du « Je le dirais au moment voulu que j’aurai choisi ».
    Notre société n’est pas du tout prête à accueillir des femmes enceintes et entrepreneurs. Il n’existe quasiment rien pour les aider et les accompagner pendant cette période. C’est déplorable et très angoissant.
    Mais gardons le côté positif de cette expérience, comme tu le dis si bien, nous pourrons ressortir encore plus forte et battante ! Il faut accueillir ce petit être dans les meilleurs conditions possibles de calme et sérénité pour lui assurer une jolie place dans notre foyer.
    Comme l’a si bien dit Lindsay, c’est bon de se sentir normal…

  9. Toutes ces questions sont si difficiles je trouve! Et oui… Nous abordons 2020 avec des discours qui parfois font honte lorsqu’il s’agit de la maternité ..
    Et oui! Tu es normale – Tu es TOI <3
    Félicitations pour ta gestion de main de maître dans tous les cas! Et bonne dernière ligne droite pour ta grossesse Lindsay <3

  10. Merci pour cet article qui fait du bien !
    Je me demandais si il fallait que je le dise, si cela ne regardais pas que moi étant donné que c’est personnel.-, ma vie privée.
    Bon maintenant avec la taille du ventre le problème ne se pose plus, et ils sont tous au courant.
    Cependant je trouve cela quand-même assez dur, car il y a toujours des clients inquiet, c’est leur mariage, ils ont été avec toi pendant 1 an, voir plus et d’un coup ils apprennent que tu ne seras surement pas là pour le jour J.

    De mon côté j’ai parfois l’impression de les abandonner. Enfin bref, dans tous les cas je travaille comme si j’allais accoucher demain et j’ai embauché pour les deux prochains mariages :)
    On arrive en 2020, mais je trouve que les discours sur la femme enceinte font encore bien culpabiliser et cela n’aide pas forcément !

    Merci encore pour cet article qui me fais me sentir « normale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Top