Être Wedding Planner en France en 2016, c’est quoi ?

Être Wedding Planner en France en 2016, c’est quoi ?

wedding planner france
© Cécile Creiche Photography

Forte de ma double culture franco-américaine, et parce que le métier a désormais quelques années en France, il devient chaque semaine plus populaire. Alors voici une liste de caractéristiques qui composent le métier du wedding planner, aujourd’hui en 2016, en France. #Enjoy #WeddingPlanner #Lessencedumetier


 wedding planner en France
  • C’est avant toute chose être un véritable chef d’entreprise. On ne devient pas wedding planner pour être salarié(e). Il faut savoir piloter son entreprise, peut importe le statut, il faut savoir gérer son temps, sa trésorerie, ses contrats sur plusieurs années, faire ses choix de communication. Bref, être wedding planner c’est devoir & savoir prendre des décisions chaque jour pour faire grandir sa société.

 

  • Avoir des outils performants et approuvés qui fonctionnent pour moi le wedding planner, pour mes clients et pour les équipes professionnelles engagées pour le mariage.

 wedding planner en France

  • Connaître son marché ! Vraiment !! Quelles sont les tendances en terme de mode, mais aussi les tendances en terme de flux sur le marché. Quelles sont les périodes de pics cette année. Est-ce que les demandes vont arriver plus tôt que l’année dernière… Même si les réponses sont difficilement prévisibles, il faut être alerte pour les reconnaitre lorsqu’elles arrivent. Comme disait Jean-Claude Van Damme : « il faut être aware ».

 wedding planner en France

  • C’est réussir à prendre conscience le plus vite possible si le projet de mariage est cohérent ou non. Et ce, dès les prémices de votre rencontre avec le couple. L’inverse est une faute professionnelle. Un wedding planner ne peut pas se tromper ou mal évaluer l’ampleur du projet. Il existe des techniques précises qui permettent de poser les bonnes questions, de tout passer en revue, et d’ensuite faire le bon chiffrage.

 wedding planner en France

  • C’est être ouvert(e) à ses concurrents et ne plus faire semblant de ne pas les connaître, ou de feindre l’ignorance. Réseautez, échangez… Le don d’ubiquité n’existe pas, alors à moins de réussir à être partout à la fois, il est toujours intéressant de pouvoir conseiller une consoeur, un confrère qui pourra satisfaire le couple pour lequel nous ne sommes pas disponible.

 

  • C’est savoir contrôler les contrats des partenaires que vous présentez à vos clients. Vous n’avez pas le rôle de la police, certes, mais encore beaucoup de coquilles peuvent se glisser dans les contrats. Ou tout simplement des termes juridiques ou des clauses récentes qui n’apparaissent pas. Sans juger, c’est une aide complémentaire. Comment faire pour réaliser cette tâche ? Être carré soi-même et être au fait de la législation.

 

  • C’est savoir quelle est sa place dans l’équipe qui a été rassemblée (à priori par vous) le jour du mariage. Il n’y a en aucun cas de lien de subordination. Vous êtes au contraire là pour faciliter la vie de tous, en bonne intelligence. C’est un travail que vous aurez réalisé en amont, pendant les préparatifs du mariage. Connaître le métier de ses partenaires, leur spécificités et surtout leurs méthodes de travail.

 

  • C’est savoir quelle est sa place par rapport au couple – ne pas être amis pendant les préparatifs mais être proche et le jour du mariage place à la famille. La tentation est grande, et c’est quasiment naturel de s’attacher à nos clients. Cependant, sachez que lors des préparatifs vous êtes leur pilier, et que le jour du mariage vous devez vous effacer, car ce sont les familles, les amis qui comptent. Enfin, ne confondez pas sympathie et amitié. C’est ce qui vous permettra de rester professionnel jusqu’au bout de la nuit du mariage. Ensuite, lâchez-vous, vous agirez bien comme vous et le couple en avez envie :).

 

  • C’est connaitre la différence entre être wedding planner, décoratrice et/ou officiant de cérémonie laïque. Certaines sont féministes, moi, je suis wedding planner engagée. Un(e) wedding planner sur un mariage NE PEUT PAS être la décoratrice/le décorateur, et NE PEUT PAS être aussi l’officiant(e) de la cérémonie. Tout sur le même mariage.. c’est impossible… Deux bras, deux jambes.. C’est à priori tout ce que nous avons à disposition pour travailler, physiquement.. La concentration pour rentrer dans la cérémonie avant de l’officier.. Installer les derniers détails déco pendant que les invités arrivent ou font des photos. Et pendant ce temps, vous êtes où, en tant que wedding planner ? Plusieurs fois, les futures mariées m’ont dit : « tu seras mon ombre, tu ne me quitteras pas n’est-ce pas ? » J’ai toujours dit oui. Et grâce à elle, j’ai compris qu’une ombre ne pouvait avoir qu’une seule et unique place.. pas deux en même temps.

 

  • C’est prendre le temps de connaître les partenaires avec qui vous travaillez. Il n’est pas possible de boire un café avec tous les professionnels avec qui nous pourrions travailler. Par contre, poser les bonnes questions, s’intéresser à leurs process, à leurs historiques, et encore plus simplement : qui ils sont.

 

  • C’est savoir démontrer avec patience l’intérêt de notre métier. Les émissions télévisées, les reportages dans les magazines, depuis quelques années, montrent le métier de wedding planner. Pas toujours de la meilleure manière – à mon sens. Le seul avantage par contre : c’est que l’on parle du métier ^^. Désormais, « wedding planner » n’est plus un gros-mot ^^.  Le côté négatif de cette influence : beaucoup de couples pensent faire appel à un wedding planner pour engager un preneur d’ordre et non pour son expertise à travers une prestation de service.

 

  • C’est avoir conscience que la prestation de service, c’est un luxe. Tout comme mener ses vêtements au pressing, comme engager une baby sitter lorsque l’on sort le soir.. C’est un service, et c’est payant.

 

  • C’est être professionnel et formé. Se former pour accéder au métier, se perfectionner lorsque l’on est déjà installé(e). « Se former, c’est déjà réussir » (ma citation home-made lorsque je lance chacune des formations que j’anime.) Choisissez la / les formations dont vous avez besoin pour faire grandir votre entreprise, ou tout simplement grandir.. vous ! Les premiers bénéficiaires seront vos clients. Des couples heureux et satisfaits.

 

  • C’est avoir conscience que notre métier se popularise. C’est donc une clientèle plus large qui vient à nous, de tous les milieux, et il faut savoir fair face à de nouveaux consommateurs qui ne demandent qu’à avoir accès à nos services. Aussi, votre stratégie de communication vous permettra de cibler la clientèle que vous souhaitez avoir, celle pour laquelle vos services sont les plus appropriés.

 

  • Enfin, être wedding planner en France en 2016, c’est se sentir légitime lorsque l’on souhaite s’implanter dans une région hors Paris et grandes villes, Provence et / ou Côte d’Azur. Les mariages sont certes plus nombreux dans ces régions là, mais la demande est désormais présente quasiment partout sur l’hexagone. Et oui ! Il faut dire merci à la popularité du métier désormais.

Du mal à convertir un contact en rendez-vous ? Téléchargez gratuitement la méthode décrite pas à pas dans mon livre « Les 7 erreurs »


 

4 Replies to “Être Wedding Planner en France en 2016, c’est quoi ?”

  1. Bonjour Michèle. Toutes les informations sont présentées sur ce même site :)
    Pour vous en faciliter la recherche:
    Qui forme:
    Muriel Saldalamacchia (moi) en Maître de Formation : http://reussirdanslemariage.com/muriel-saldalamacchia-formatrice-wedding-planner/
    Les intervenants : http://reussirdanslemariage.com/intervenants-formation-wedding-planner/
    Pour répondre au comment, vous allez pouvoir trouver le détail de toutes les formations selon les niveaux dans l’onglet « Formations ». Vous trouverez enfin le « où » et les infos de « financement ».
    Bonne lecture Michèle.

  2. Bonjour Madame ,
    Juste ces quelques mots pour une question .
    Se former , se perfectionner , oui tres bien mais ou ?
    Par qui et comment ?

    Merci pour votre réponse
    Michèle Silvestre

  3. Point intéressant de se dire que l’on n’est pas à la fois Wedding planner ET décoratrice. Je suis actuellement à la recherche de la formation qui me permettrait d’accéder à ce metier et j’ai envie de tout faire: déco, Wedding planner, papeterie, officiante.. Et en même temps j’ai peur de me disperser. Cet article est une bonne base pour remettre les pieds sur Terre. Mieux vaut ne pas trop en faire mais aller en profondeur dans ce que j’aurais appris. Merci pour ce rappel

  4.  » connaitre la différence entre être wedding planner, décoratrice et/ou officiant de cérémonie laïque.[…] Un(e) wedding planner sur un mariage NE PEUT PAS être la décoratrice/le décorateur, et NE PEUT PAS être aussi l’officiant(e) de la cérémonie. » Et la réciproque est tout aussi vraie ! Certain(e)s ont parfois tendance à multiplier les casquettes, probablement pour « rentabiliser » leur journée mais il est clair que pour la réussite du mariage de nos clients, chacun doit accomplir sa mission avec rigueur. Et cela n’est pas possible s’il faut jongler d’un poste à l’autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *